Loading ...
English
Français

Blog DIGINOV.cm

WELCOME TO THE DIGINOV.CM BLOG

FIND POSTED LATESTS NEWS, INFORMATION AND TRENDS


9

NOV

la digitalisation comme source de croissance

La digitalisation permet à une entreprise d’optimiser ses performances garce à organisation du travail.Le but étant d’accroître sa compétitivité ce qui passe par plus de croissance et plus de souplesse. La digitalisation se doit d'être une force pour l'entreprise. L’intégration des technologies numériques dans l’ensemble des activités d’une PME est un formidable facteur d’accélération de sa croissance. Bien mise en oeuvre, la digitalisation, à l’œuvre depuis quelques années, apportent à une entreprise une amélioration de sa productivité, de la commercialisation de ses produits et de son organisation humaine. Une meilleure productivité C’est la premier atout de la digitalisation. En utilisant les méthodes de travail et les outils connectés, une entreprise simplifie les process, réduit les intermédiations et automatise une partie de la production, notamment dans le secteur des services. Plusieurs entreprises ont récemment prouvé leur capacité à augmenter leur productivité à la faveur d’une bonne intégration des mutations technologiques. En l’espace de quelques années, une PME comme BH Technologies a développé des solutions que seule la digitalisation pouvait lui permettre de lancer. Aujourd’hui, l’internet des objets lui permet de gérer les luminaires de plusieurs milliers de communes et de travailler à l’élaboration de services et infrastructures toujours plus élaborés. Une commercialisation plus efficace Avec des solutions intelligentes, les entreprises peuvent également mieux connaître leurs clients, identifier leurs besoins, mieux cibler leurs attentes. Le constat est valable pour toutes les entreprises, celles qui ont un modèle “Business to business” ou “Business to consumer”. C’est notamment grâce à cette meilleure connaissance du client que la PME Novéup, spécialisée dans la robotique personnelle, peut adapter ses offres de services à distance. Comme pour Novéup, la digitalisation offre aux entreprises des outils de marketing et de relation avec les utilisateurs plus efficaces. L’objectif est de valoriser l’offre et les produits des entreprises avec des actions et promotions digitales adaptées à tous les marchés. Une meilleure organisation humaine En fluidifiant leur organisation interne grâce à la digitalisation, à travers le management et les méthodes de gouvernance, les entreprises favorisent leur compétitivité. Ces changements, accompagnés de plus de flexibilité, de souplesse dans le travail collaboratif, valorisent les collaborateurs qui participent plus à l’activité de leur entreprise. Temps de travail, mutualisation des projets et amélioration des process. L’implication des collaborateurs rend l’entreprise plus souple et plus performante et donc mieux à même de répondre aux besoins de ses clients. Pour plus de détails sur la digitalisation nous vous invitons à lire notre précédent article sur le sujet QU’EST QUE LA DIGITALISATION OU LA TRANSFORMATION NUMéRIQUE ? Renforce votre relation client L'un des apport le plus important sera pour la relation et ce, dans deux domaines bien précis. Pour commencer, la digitalisation vous permet de mieux comprendre et connaître vos clients. Le CRM sera la mémoire de vos équipes commerciales et les outils de sales intelligence vous diront sous quel angle leur parler ou encore où en sont ils dans leur processus d’achat. Ces analyses vous permettent d’être beaucoup plus pertinent lorsque vous échangez avec vos collaborateurs et donc de développer votre Customer Intimacy (Proximité client). Cet “intimité” devient de plus en plus importante dans la relation que l’on développe avec ses clients car le développement de la concurrence transforme la manière dont vos clients réalisent leurs achats. Ils achètent car ils ont confiance dans vos commerciaux, ils achètent parce qu’ils savent qu’ils seront bien accompagnés. Le deuxième élément important est au niveau du temps que vous pourrez dédier à cette relation client. Nous savons que le temps est la ressource la plus précieuse des organisations. L’enjeu est donc d’optimiser la manière dont s’organisent les équipes pour leur dégager un maximum de temps à passer avec le client. Que ce soit pour sa conquête, sa satisfaction ou sa rétention. Ainsi la mise en place de solutions d’automatisation vous permet de dégager du temps à vos équipes en éliminant un grand nombre de tâches. Ce temps supplémentaire peut ainsi être dédié aux clients pour mieux les accompagner ou comprendre l’évolution de ses enjeux. Cela aidera votre organisation à évoluer et à sur-performer.

admin |  November 9, 2018 | 0 | View post

3

NOV

Qu’est que la digitalisation ou la transformation numérique ?

Depuis plusieurs années déjà la «digitalisation» est une réalité : la plupart des entreprises ont déjà (ou sont en train) basculé des intentions aux investissements, des projets à la mise en œuvre. L'objectif de cette transformation étant de numériser l’offre et toute la chaîne de création de valeur, des questions comme «quoi faire concrètement?» et «comment s’y prendre?» sont plus difficiles à appréhender pour des entreprises souvent très absorbées par leurs clients. Selon nous, la digitalisation est une opération de transformation totale de l’entreprise: il ne suffit plus de réaliser quelques «coups» ou de «customiser» une offre à la sauce digitale mais bien de réinventer intégralement son modèle et toute la chaîne interne de fonctionnement: stratégie, organisation managériale, environnement collaboratif.
1 Mise en place d'une nouvelle stratégie Il s'agit de faire évoluer simultanément le positionnement, les offres, les métiers et les produits pour construire de la valeur nouvelle. Cela nécessite de démarrer par une évaluation précise des attentes et niveaux de satisfaction des clients, actuels et futurs (le plus difficile), c’est-à-dire de faire le bon diagnostic pour identifier les offres, expertises ou métiers nouveaux à intégrer. Modifier sa stratégie tout en conservant la prédominance de sa (ses) spécificité(s) métier(s) (360°, publicité, RP, CRM, design, etc.). Le «pur digital» est parfois un mirage que les demandes concrètes des clients viennent contredire. Partager enfin en la formalisant en un projet d’entreprise: proposer à tous une feuille de route permettant aux managers de piloter, aux équipes de mettre en œuvre et à tous (clients compris) de mieux comprendre le projet.
2 Organisation d’une «révolution managériale» Un paradoxe souvent relevé mettant en avant que plus «la boîte à outils s’agrandit», plus le besoin de mode d’emploi se fait sentir; autrement dit, déployer la meilleure stratégie et intégrer les meilleures expertises resteront sans effet si les efforts ne sont pas coordonnés, les tâches et responsabilités bien réparties, les indicateurs de qualité et modes de contrôle adaptés. Avec le développement d’Internet, la différenciation concurrentielle dans de nombreux métiers est plus que jamais orientée sur la qualité de la prestation, du service rendu (même pour des métiers fondés sur l’expertise conseil et la valeur ajoutée créative). Même si cela semble évident, c’est trop souvent un écueil pour de nombreuses entreprises et un frein à leur développement. Répondre à l’accélération constante des temps et des volumes de production, internaliser la production des contenus, intégrer et décloisonner des nouveaux métiers, adapter l’organisation et les niveaux hiérarchiques, organiser les filières de conception/conseil et de production/suivi, piloter la qualité de l’ensemble sont autant de défis posés à des organisations efficaces dans le passé, mais pratiquement inchangées depuis les «Mad Men». La révolution managériale consiste donc à considérer ce sujet comme un vecteur important de l’innovation dans l’entreprise et à produire des efforts considérables et constants pour réformer les principaux modes de fonctionnement (newbiz, conception, production). Il faut donc: - innover pour fluidifier le travail autant que pour éviter des risques de perte de qualité chez les clients ou de contrôle en interne; - mais innover sans déboussoler, en faisant participer les équipes et en important des méthodes qui ont fait leurs preuves dans d’autres secteurs (se faire accompagner par des professionnels du management, organiser la communication à deux sens, former et coacher les hommes...).
3 Structuration de l’environnement collaboratif Axer l'environnement sur les équipes sans lesquelles rien ne sera possible, ni durable au moment de l’implémentation. Cette question est d’autant plus vive que ces transformations sont souvent vécues, dans un premier temps du moins, comme un facteur de perturbation de l’organisation du travail: fonctions, rôles ou responsabilités des collaborateurs, charges de travail, indicateurs de qualité… Toute évolution contribue à désorienter, voire parfois à engendrer scepticisme et démotivation. Structurer l’environnement collaboratif consiste à s’appuyer sur le projet de transformation pour construire un écosystème plus favorable et équilibré entre les collaborateurs, leurs managers et l’entreprise. Cette démarche est d’autant plus pertinente dans un contexte postcrise, et il s’agit souvent d’apporter des réponses à trois niveaux: - redéfinir le socle RH en établissant un cercle vertueux entre missions, évaluation et rémunérations; - former et accompagner les personnes aux nouvelles expertises bien entendu, mais aussi à la nouvelle stratégie (accompagner les anciens souvent déstabilisés et aussi les nouveaux ignorants de la culture); - établir et animer une communication entre direction, managers et collaborateurs pour à la fois faire passer les messages, mais surtout apprécier leur réceptivité, l’évolution ou non des changements. Pour conclure, la digitalisation est aussi un processus de changement à piloter et à maîtriser. Au-delà des dimensions techniques et organisationnelles, il s’agit d’en gérer la dimension humaine, de faire face aux inquiétudes, aux incompréhensions et pertes de repères inhérentes à ces projets. La conduite du changement est également depuis dix ans un métier avec ses expertises, outils et clés de succès: vision, expertise terrain, leadership, etc. La digitalisation est sans aucun doute une mutation exigeante, mais c’est aussi et d’abord une vraie chance pour tous de se réinventer!

admin |  November 3, 2018 | 0 | View post

22

OCT

Optimiser son tunnel de conversion

Transforme les prospects en clients  c'est le principal défis auquel sont confrontés les entreprises au quotidien. Comment faire pour y arriver ? la navigation sur votre site est des plus aisé , grâce à des formulaire simple à remplir un design évolutif et attrayant , des articles de qualités dans votre blog. des offres compétitives. Mais malgré tout, vous ne voyez aucun résultat se profiler à l’horizon. Ne vous inquiété pas vous avez procédé comme il fallait . Seulement, optimiser son tunnel de conversion, ce n’est pas uniquement faire de la mise en pages et de la rédaction. C’est une stratégie marketing destinée à créer une relation. Une relation entre vous et votre futur client. Le lead nuturing Cet aspect relationnel appliqué au domaine du web, c’est ce qu’on appelle le lead nuturing.  Selon une étude de Forrester, on constate une augmentation de 20 % des opportunités de vente avec des prospects portés à maturation par rapport à ceux qui ne l’ont pas été. De plus, les entreprises qui pratiquent le lead nuturing réalisent 50 % de ventes supplémentaires pour un coût inférieur de 33 %. Il devient donc vital de creer une relation commerciale avec le client. Mais comment parvenir à cela : En optimisant son tunel de conversion.  Le tunnel de conversation ? Je vous invite à lire notre article de la semaine dernière Tunel de conversion Le tunnel de conversation peut de décomposer en 4 phases qui correspondent à l’itinéraire d’un internaute. Pour passer d’une étape à une étape de votre pipeline, il doit être correctement « nourri » (lead nurturing).  Étape 1 : Attirer les clients Il s’agit de cibler votre clientèle . le but étant de montrer à vos prospects que votre entreprise peut résoudre leur problème et apporter de la valeur.  Comment faire ? le ciblage de la clientèle se fait en répondant aux questions suivants : .Quels sont leurs besoins et leurs peurs ? .Quels sont les mots-clés cherchés par les internautes ? Ciblez les mots clés de la longue traîne. .Que font vos concurrents ? .Est-ce que votre offre se distingue de celles de vos concurrents ? Une fois que les réponses à ses interrogations seront apporté dans votre site internet le tour n'est pas joué il faut insister les internautes à franchir le pas. Étape 2 : Convertir l'internaute en prospect Une fois l'internaute présent sur votre site web il est important de l’inciter à laisser ses coordonnées pour que la relation aille plus loin.  Pour ce faire il est important d'avoir bien négocier l'épate , il faut savoir ce que veut votre cible et y répondre. Si vous avez su lui montrer en phase 1 votre expertise et votre professionnalisme, il sera enclin à vous laisser son email en échange d’un white book, par exemple.Dans le cas contraire,si l’internaute n’a pas la réponse à ce qu’il cherche, il quittera très rapidement votre site web. La deuxième chose que vous pouvez faire, c’est l’encourager à faire une action : offrez-lui un guide en échange de son email, invitez-le à twetter ou à commenter un article. Une des méthodes les plus efficaces pour encourager un prospect à passer à l’action est de lui envoyer des emails ciblés grâce au marketing automation. Cependant, pour offrir aux internautes ce qu’ils veulent, vous allez devoir créer du contenu ciblé qui les intéresse. Le plus efficace pour cela est de définir un plan de contenu qui anticipe et répond aux besoins des internautes. Étape 3 :Conclure avec le lead qualifié Une stratégie de contenu consiste à comprendre précisément ce que veulent les internautes, à chaque étape de votre tunnel de conversion, et à créer un contenu qui répond à leurs attentes. Analysez le comportement des internautes et leur personnalité, pour savoir pourquoi ils viennent sur votre site web et ce qu’ils cherchent. Comment pouvez-vous les aider ? Montrez-leur comment ils peuvent trouver une solution à leur problème sur votre site web. La stratégie de contenu rend votre tunnel de conversion plus efficace, car elle définit et anticipe les demandes des internautes et y répond par un contenu approprié. Et surtout, elle est planifiée dans le temps.C’est seulement à cette étape de votre tunnel de conversion qu’il faut mettre en avant les qualités de votre offre. Envoyez aux internautes, par exemple, une newsletter avec une super proposition accompagnée d’une vidéo explicative. Étape 4 :Fidéliser le client Une fois que vous avez acquis un nouveau client, vous devez le fidéliser. Est-ce que votre client a besoin d’aide pour apprendre à utiliser votre produit ? Avez-vous des contenus en ligne sur un espace réservé aux clients par exemple ? Comment vos clients peuvent-ils communiquer avec vous ? Peuvent-ils vous contacter via les réseaux sociaux ? Quelle est la démarche en ligne pour se faire rembourser ? Ne négligez pas les retours de vos clients, c’est une excellente manière de comprendre leurs besoins ,optimiser votre tunnel de conversion  et faire d'eux des véritable ambassadeur de votre marque.

admin |  October 22, 2018 | 0 | View post

16

OCT

Tunnel de conversion

Un tunnel de conversion (aussi appelé entonnoir de conversion) est un terme de webmarketing qui représente un indicateur d'analyse des visiteurs d'un site. Ce KPI (indicateurs clés de performance) définit un processus que les internautes doivent effectuer jusqu'à arriver à un objectif sans abandonner. L'objectif de ce tunnel est de définir les étapes d'abandons pour améliorer le taux de conversion. Cet indicateur peut être définit dans un outil d'analyse d'audience tel que Google Analytics. Il peut être définit lors de l'inscription à un site, l'acte d'achat sur une boutique en ligne, la souscription à un service ou bien à une newsletter. Sur une boutique d'e-commrce, un tunnel d'abandon pourrait par exemple être définit de la page d'accueil jusqu'à la finalisation d'un achat. Le schéma ci-dessous représente les étapes d'un tel tunnel de conversion. Le but pour un e-commerçant est de réduire les pertes à chaque étape du processus. Pour cela, il est très important d’optimiser l’ensemble en améliorant par exemple l’ergonomie du tunnel, en n’obligeant pas l’internaute à s’inscrire ou bien à donner trop de données personnelles… Le tunnel de conversion est donc en fait un outil d’analyse d’audience permettant aux marchands de comprendre les endroits où ils « perdent » leurs clients dans un processus d’achat en ligne comprenant différentes pages web. C’est donc un élément important d’analyse des performances pour les marchands. Les e-commerçants doivent particulièrement s’intéresser à cet outil afin de déceler les éventuels problèmes d’ergonomie sur leur site e-commerce (ou tout autres problèmes d’ailleurs). En effet, une forte déperdition de clients / internautes à une étape de l’entonnoir de conversion montrera l’existence d’un problème sur cette page web ou bien mettra en exergue un élément qui ne plait pas au cyber-acheteur. Élément qui aura été assez important pour lui faire abandonner son panier. C’est alors au marchand de régler cela afin d’optimiser son taux de conversion.

admin |  October 16, 2018 | 0 | View post

18

SEP

Quelles sources de trafic privilégier pour votre site web ?

Malgré un site web tout beau, tout neuf, et un blog professionnel que vous alimentez régulièrement, votre téléphone ne sonne toujours pas ? Le carnet de commandes reste désespérément vide ? Ce n’est pas une surprise : en eux-mêmes, vos supports digitaux ne suffisent pas. Ils doivent être mis au service d’une véritable stratégie webmarketing. Avec un objectif : optimiser vos sources de trafic pour faire venir des visiteurs sur votre site, et les convertir en clients. Mais quelles sont les sources à privilégier ? Augmenter son nombre de visiteurs : le carburant de votre webmarketing La planète compte environ 3,81 milliards d’internautes, soit plus de la moitié de la population totale. Rien qu’en France, 85 % des gens disposent d’un accès à Internet (dont 100 % des 13 – 39 ans), avec un pourcentage de 74 % des internautes qui utilisent la Toile au quotidien. (Chiffres : Le blog du modérateur.) Quel professionnel n’aurait pas envie de profiter de cette manne ? D’attirer ne serait-ce qu’une infime portion de ces millions d’utilisateurs sur son site web ? Car le nombre de visiteurs est le carburant de votre webmarketing. Votre stratégie commerciale digitale a besoin d’internautes venant visiter vos pages web, comme une voiture a besoin d’essence, de gazole ou d’électricité pour avancer. Pour y parvenir, voici 4 sources de trafic à adopter au plus vite afin d’attirer des visiteurs en grand nombre (et en convertir une partie en leads). Le référencement naturel Le SEO reste la source de trafic privilégiée pour votre webmarketing, en raison de l’utilisation importante des moteurs de recherche – 93 % de parts de marché pour Google en France, avec un volume de 40,4 millions d’utilisateurs uniques par mois (34,2 millions depuis un mobile). Référencer son site sur Google nécessite de jouer sur plusieurs tableaux : Travailler l’optimisation des pages web elles-mêmes(référencement on-site) Générer des liens entrants (backlinks) en provenance de sites jouissant d’un haut ranking (référencement off-site ou « netlinking ») Créer et publier des contenus à forte valeur ajoutée sur un blog professionnel (voir « les fondamentaux de la rédaction web ») Produire des contenus premium pour « couver » puis convertir ses prospects en clients. Notez que le SEO est une source de trafic globale. Pour être efficace, cette méthode implique un ciblage précis de vos prospects et clients types (la mise en place de « personas »), une étude du parcours client, une analyse des thématiques et des sujets qui intéressent vos lecteurs, et une recherche des mots-clés pertinents à partir desquels vous pourrez rédiger des contenus en adéquation avec leur attentes. Le référencement naturel est une stratégie à long terme qui ne produit des effets qu’après plusieurs mois. Mais si votre stratégie est bien conçue, le retour sur investissement peut être élevé. Le référencement payant et autres formes de publicités Bien que ses résultats soient parfois contrastés, la publicité digitale peut être une source de trafic extrêmement puissante… À condition d’être utilisée de la bonne manière ! Selon une étude Adobe Digital Insights, il s’agirait même de la source de trafic numéro un pour le webmarketing, avec 68 % de l’ensemble des visites sur les sites web ayant pour origine une publicité. Ces sources peuvent être : Des bannières publicitaires hébergées sur des sites extérieurs ; Des emails publicitaires ; Des annonces sponsorisées (type Google AdWords) ; Des liens payants sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter…). Le secret, toutefois, se résume à un seul mot : personnalisation. Grâce à leurs messages personnalisés, les sites européens enregistrent une hausse de 8 % de leur trafic global. À l’inverse, les webmarketeurs qui poursuivent leurs stratégies aveugles se confrontent à des consommateurs de plus en plus réfractaires : 44 % des internautes européens qui utilisent des outils de blocage publicitaire (adblocks) jugent les offres reçues ennuyeuses, voire gênantes. Ils sont 34 % à considérer les produits ainsi proposés comme étant inintéressants. Conséquence : si vous souhaitez que la publicité digitale devienne une source de trafic majeure pour votre business, personnalisez vos messages ! Les réseaux sociaux La question de l’efficacité des réseaux sociaux comme sources de trafic a donné lieu à de nombreux débats, entre ceux qui affirment qu’ils permettent d’attirer des visiteurs et d’acquérir des prospects, et ceux qui claironnent qu’une stratégie sociale n’a que peu d’incidence sur le volume de trafic d’un professionnel. L’enquête « Europe Best of the Best 2015 » menée par Adobe Digital Insights (et commentée ici)a remis quelques points sur les « i », en rappelant que les interactions entre les consommateurs et les marques grand public passent énormément par les médias sociaux : 90 % des utilisateurs de Facebook disent suivre des marques sur la plateforme, et interagir avec elles ; 59 % des utilisateurs d’Instagram ; 53 % des utilisateurs de Twitter ; 42 % des utilisateurs de Pinterest. L’étude indique toutefois que ce sont principalement les grands médias (sites institutionnels et plateformes d’entertainment) qui sont parvenus à tirer partie aussi efficacement des réseaux sociaux. Ceux-ci ne représentent qu’une source de trafic bien moindre pour les autres activités. Il reste que, pour la majorité des entreprises, les médias sociaux sont une porte d’entrée cruciale sur leurs pages web. Notamment parce que les profils sociaux peuvent servir de leviers de référencement naturel pour les contenus publiés sur un site ou un blog, grâce aux options de partage : via Facebook ou Twitter, vous avez la possibilité de toucher une frange inédite de la population, rendue accessible par le biais des membres de votre communauté. En outre, les contenus ont une chance de s’afficher dans les SERPs s’ils sont suffisamment pertinents, leur faisant ainsi gagner en visibilité. Notez que dans le cadre de cette source de trafic, Google + doit rester une priorité : la plateforme sociale du moteur de recherche est, en effet, logiquement favorisée par sa maison-mère au moment de positionner les pages dans les résultats des SERPs. Le mobile Le marketing mobile, ou « m-commerce », a représenté en France quelques 7 milliards d’euros en 2016 (contre 3,7 milliards l’année précédente). Un quart des ventes en ligne ont été réalisées via un terminal nomade, pour une somme moyenne annuelle de 712 €. En outre, 84 % des mobinautes surfent sur le web mobile au quotidien. (Source : AppsVision) Autrement dit : pour toucher et attirer des prospects, vous êtes de plus en plus dans l’obligation d’utiliser le mobile comme une source de trafic à part entière. Cela implique de : Vous assurer de la compatibilité mobile de votre site web et de votre blog ; Penser votre site et la navigation des internautes avec l’objectif d’optimiser l’expérience utilisateur sur mobile (le « mobile first ») ; Alléger vos pages pour qu’elles s’affichent plus rapidement sur les terminaux nomades ; Lancer une application dédiée à votre business (les possesseurs de smartphones passent 90 % de leur temps sur des applications). Utiliser le support mobile comme source de trafic permet de gagner sur tous les tableaux. Non seulement vous touchez plus d’utilisateurs, à tout moment de la journée. Mais en outre, vous contribuez au bon positionnement de votre site web au regard de Google, qui donne la priorité aux pages mobile friendly. En conclusion, multipliez les sources de trafic pour votre site web, tout en ayant toujours à l’esprit une chose : ce n’est pas le volume des visiteurs qui compte, mais ce que vous en faites une fois qu’ils sont arrivés sur vos pages. source : https://www.anthedesign.fr/actualite/

admin |  September 18, 2018 | 0 | View post



Like every other advanced website,we make use of cookies for a better user experience Ok